Emmanuel de Grouchy
- Maréchal d'Empire -



Dates : 23 octobre 1766 - 29 mai 1847
Maréchal en : 1815, après l'arrestation du Duc d'Angoulême
Titres : Marquis et Comte de l'Empire
Arme : Artillerie puis Cavalerie
Signature : (marquis de Grouchy)



Qu'en pense Napoléon ?
“Le maréchal Grouchy avec trente-quatre mille hommes a trouvé le secret qui paraissait introuvable de n’être, dans la journée du 18, ni sur le champ de bataille de Mont-Saint-Jean, ni sur Wavre… La conduite du maréchal Grouchy était aussi imprévisible que si, sur sa route, son armée eût éprouvé un tremblement de terre qui l’eût engloutie. ” -Mémorial de Sainte-Hélène.
Le retardataire de Waterloo. Fidèle de l'Empereur et grand cavalier ayant participé aux grandes batailles de la Révolution et de l'Empire, où il fait preuve d'un grand sens tactique en matière de manoeuvres de cavalerie.

L'Histoire a retenu le nom d'Emmanuel de Grouchy comme l'homme dont on s'est fort mal passé à Waterloo : parti poursuivre Blücher avec 33 000 hommes, c'est en vain que l'armée française l'attend sur le champ de bataille pendant toute la journée du 18 juin 1815...
Grouchy se fait connaître sous la Révolution comme chef d'Etat-major du général Hoche, lors des guerres de Vendée. En 1796, la France lance une expédition en Irlande pour soutenir les rebelles contre le Royaume-Uni. Hoche, suivi par Grouchy, en fait partie; mais une violente tempête ébranle la flotte et empêche les forces révolutionnaires de poser le pied en Irlande. Présent à la défaite de Novi, avec son nouveau chef Moreau, le 15 août 1799, il est blessé quatorze fois puis fait prisonnier. Il participe durant l'Empire à la Campagne d'Autriche de 1805 puis à Iéna, Eylau, Friedland, où il reçoit la Légion d'Honneur. Gouverneur de Madrid en 1808, il réprime la révolte du 2 mai avec les soldats de Murat, puis combat à Wagram. Il part en Russie en 1812 dans les rangs d'Eugène de Beauharnais et, après une nouvelle blessure à la Moskowa, il succède à Murat à la tête de l'escadron sacré durant la retraite.

Après une activité débordante durant la campagne de 1814, il se précipite au-devant de Napoléon et le rejoint pendant les Cent-Jours. Il est fait maréchal de France le 15 avril (dernier nommé des maréchaux) ayant fait prisonnier le Duc d'Angoulême, fils du comte d'Artois, futur Charles X. Comme on le sait, il est absent à Waterloo, ce qui n'est pas sans conséquences... Il s'exile en Amérique après la seconde abdication, et rentre en France courant 1821.

Retourner au début


Les 26 Maréchaux :
Augereau, Pierre

Bernadotte, Jean-Baptiste

Berthier, Alexandre

Bessières, Jean-Baptiste

Brune, Guillaume

Davout, Louis-Nicolas

Gouvion-Saint-Cyr, Laurent

Grouchy, Emmanuel

Jourdan, Jean-Baptiste

Kellermann, François-Cristophe

Lannes, Jean

Lefebvre, François-Joseph

Macdonald, Etienne

Marmont, Auguste-Louis-Viesse de

Masséna, André

Moncey, Bon-Adrien-Jannot de

Mortier, Adolphe

Murat, Joachim

Ney, Michel

Oudinot, Nicolas-Charles

Pérignon, Catherine-Dominique

Poniatowski, Joseph-Antoine

Sérurier, Jean-Mathieu-Filibert

Soult, Jean-de-Dieu

Suchet, Louis-Gabriel

Victor, Claude-Victor Perrin dit



NAPOPEDIA version 2.2.0 © - Grande Encyclopédie de Napoléon et du Premier Empire - 2016-2018
Les images portant la mention "Napopédia" et les textes sont la propriété du site NAPOPEDIA ©. Toute reproduction partielle ou complète est interdite sauf autorisation préalable des auteurs.