Louis Bonaparte
- Frère de Napoléon -



Dates : 2-4 (?) septembre 1778 - 25 juillet 1846
Titres : Roi de Hollande de 1806 à 1810, Comte de Saint-Leu
Situation : Troisième frère de Napoléon
Signature :
Qu'en pense Napoléon ?
“Louis était un enfant gâté par la lecture de Jean-Jacques [Rousseau]. ”
“Jamais homme ne s’égara plus complètement avec de bonnes intentions ; jamais l’honnêteté sans intelligence ne fit plus de mal. Défenseur des intérêts matériels, Louis laissa par son départ un prétexte à bien des mécontentements, et sa révolte de 1810 servit en 1814 d’exemple et d’excuse aux passions égoïstes. ”
En septembre 1778, la famille Bonaparte s'agrandit avec la naissance de celui qui deviendra le frère préféré de l'Empereur, Louis.
Quatrième fils de Charles et Letizia, il quitte la Corse en janvier 1791 pour suivre Napoléon en France. C'est durant cette période qu'il noue des relations privilégiées avec son frère, chargé de son éducation malgré le peu de ses moyens. Ce dernier en fait son aide de camp durant les campagnes d'Egypte, avant de le nommer colonel d'un régiment de dragons en 1800.

L'année 1802 voit son mariage avec Hortense de Beauharnais, mère du futur Napoléon III, et la naissance de celui que l'on considèrera comme le prochain empereur, son fils Napoléon-Charles, Grand-Duc de Berg. Il aurait probablement régné s'il n'était mort brusquement en 1807, à l'âge de quatre ans. Général de brigade en 1803, Louis acquiert l'année suivante le château de Saint-Leu-la-Forêt alors que Napoléon prend les rênes du pouvoir en France avec la proclamation de l'Empire. Le nouvel Empereur lui accorde aussitôt la dignité de Grand-Connétable, les titres de gouverneur du Piémont et colonel-général des Carabiniers. Louis pense alors avoir atteint les sommets de la gloire, sans se douter du destin qui l'attend : en 1806, nommé général en chef de l'armée du Nord, il accède au trône de Hollande, l'ancienne République Batave, sous le nom de Lodewijk I.


Le frère favori de Napoléon prend son rôle très au sérieux, allant jusqu'à apprendre le néerlandais, et montre une grande attention accompagnée de beaucoup d'affection quant au bonheur de ses sujets. Mais le blocus continental imposé à l'Europe le 21 novembe brise tous ses rêves et marque le début d'une période noire pour le commerce alors florissant de la Hollande.
Louis, au caractère hésitant et peu autoritaire, se trouve vite à bout de forces et est contraint d'ignorer en partie les exigences du blocus : après de nombreuses altercations avec son frère aîné, il finit par abdiquer le 3 juillet 1810
. Il ne faut ensuite pas plus d'une semaine pour que la Hollande fasse partie intégrante de l'Empire Français. Louis se réfugie d'abord chez Jérôme en Westphalie, qui l'accueille à bras ouverts, avant de se rendre en Autriche dans le village de Toeplitz, où il devient pour tous le comte de Saint-Leu. Au traité de Fontainebleau en avril 1814, par lequel l'Empereur signe son abdication en faveur de son fils, il est le seul de sa famille à refuser l'argent accordé par les vainqueurs et élit domicile à Rome. Rejetant la proposition d'entrée à la chambre des pairs que lui fait son frère à son retour de l'île d'Elbe, il s'exile à Florence au palais de Gianfigliazzi, qui domine l'Arno. Le reste de sa vie sera dédié à l'écriture de poèmes, mais il livre toutefois une oeuvre littéraire moins complète que Lucien. Après de longues et paisibles années en Italie, Louis, le seul frère de Napoléon à ne pas l'avoir rallié pendant les Cent-Jours, s'éteint le 25 juillet 1846, non sans avoir donné naissance à celui qui sera le véritable successeur de son frère et le fondateur du Second Empire en 1852.
Retourner au début


Revenir aux frères de Napoléon


NAPOPEDIA version 2.1.2 © - Grande Encyclopédie de Napoléon et du Premier Empire - 2016
Les textes et images Napopédia sont la propriété du site NAPOPEDIA ©. Toute reproduction partielle ou complète est interdite sauf autorisation préalable des auteurs.