Etienne Macdonald
- Maréchal d'Empire -



Dates : 17 novembre 1765 - 25 septembre 1840
Maréchal en : 1809, après la victoire de Wagram
Titres : Duc de Tarente
Arme : Infanterie
Signature :


Qu'en pense Napoléon ?
“Macdonald est un brave et loyal guerrier. Ce n'est que dans ces dernières circonstances que j'ai pu apprécier toute la noblesse de son caractère. Ses liaisons avec Moreau m'avaient donné des préventions contre lui; mais je lui faisais injure, et je regrette bien de ne pas l'avoir mieux connu.” -Avril 1814, à Fontainebleau
Soldat loyal et dévoué, tant à ses chefs successifs, dont Moreau, qu'à l'Empereur et ses camarades.

Si le maréchal Macdonald, d'origine écossaise, est décrit par Napoléon comme un "brave et loyal guerrier", il n'en connaît pas moins quelques revers durant sa carrière malgré un courage exemplaire. Aide de camp de Dumouriez, le vainqueur de Valmy, il devient général de brigade en août 1793 à la suite de la capture d'une flotte hollandaise prise dans les glaces en 1795. Il participe à la campagne d'Italie de 1796 et prend Rome, mais blessé à Modène, il est contraint de rentrer en France. Grâce à sa collaboration au 18 Brumaire, il obtient le comandement d'une partie de l'armée du Rhin et, après avoir franchi les Alpes en 1800, il prend la défense de Moreau, impliqué dans la "Grande conspiration", ayant servi sous ce dernier.
La bravoure dont il fait preuve à Wagram, où il combat avec son vieil uniforme de général de la République, lui vaut le bâton de maréchal et le titre de Duc de Tarente. En Espagne, il remporte la victoire de Cervera le 5 septembre mais se trouve rapidement rappelé en Russie, où il commande la réserve. De nouveau victorieux à Lützen puis Bautzen, il mène son armée au désastre à la bataille de la Katsbach, la veille de la victoire de Dresde, qui lui vaut la perte de plus de 20 000 hommes. Il participe ensuite à la Campagne de France et rejoint la "conspiration des maréchaux" en avril 1814, mais, resté fidèle à Napoléon, il revient le saluer à Fontainebleau la veille du départ pour l'île d'Elbe .

Lors des Cent-Jours, chargé de barrer la route de l'Empereur, il quitte son commandement devant le refus de ses soldats à servir la monarchie. Il s'engage alors en tant que grenadier, ce qui n'empêche pas sa nomination au poste de ministre d'Etat à la suite de la seconde abdication de Napoléon. Ce courageux maréchal, droit et juste en toutes circonstances, meurt le 25 setembre 1840 sans rien avoir perdu de sa "noblesse de caractère" qui faisait l'admiration de l'Empereur.
Retourner au début


Les 26 Maréchaux :
Augereau, Pierre

Bernadotte, Jean-Baptiste

Berthier, Alexandre

Bessières, Jean-Baptiste

Brune, Guillaume

Davout, Louis-Nicolas

Gouvion-Saint-Cyr, Laurent

Grouchy, Emmanuel

Jourdan, Jean-Baptiste

Kellermann, François-Cristophe

Lannes, Jean

Lefebvre, François-Joseph

Macdonald, Etienne

Marmont, Auguste-Louis-Viesse de

Masséna, André

Moncey, Bon-Adrien-Jannot de

Mortier, Adolphe

Murat, Joachim

Ney, Michel

Oudinot, Nicolas-Charles

Pérignon, Catherine-Dominique

Poniatowski, Joseph-Antoine

Sérurier, Jean-Mathieu-Filibert

Soult, Jean-de-Dieu

Suchet, Louis-Gabriel

Victor, Claude-Victor Perrin dit



NAPOPEDIA version 2.2.0 © - Grande Encyclopédie de Napoléon et du Premier Empire - 2016-2018
Les images portant la mention "Napopédia" et les textes sont la propriété du site NAPOPEDIA ©. Toute reproduction partielle ou complète est interdite sauf autorisation préalable des auteurs.