André Masséna
- Maréchal d'Empire -



Dates : 6 mai 1758 - 4 avril 1817
Maréchal en : 1804, Grande promotion des maréchaux
Titres : Duc de Rivoli, Prince d'Essling
Arme : Infanterie
Signature :


Qu'en pense Napoléon ?
“C’eût été un grand homme si ses qualités brillantes n’eussent été ternies par l’avarice… C’est Masséna qui a fait les plus grandes choses, quoique sa capitulation de Gênes, dont la défense lui fait un si grand honneur dans le public, soit sa plus grande faute.”
Grand stratège de la République, il s'illustre sous les ordres de Napoléon lors de la campagne d'Italie puis à Essling et Wagram mais entre en disgrâce après sa désatreuse campagne du Portugal dans les dernières années de l'Empire.

Comme nombre de ses homologues, Masséna ne doit sa promotion au rang de maréchal qu'à ses talents de tacticien et de stratège devant lesquels, aux dires de l'Empereur, "il faut se prosterner". Toujours prompt à partir à l'aventure, ce fils de boutiquiers passe une grande partir de sa vie à voyager en mer, jusqu'à son retour en France à la veille de la Révolution. Cette dernière est pour lui l'occasion rêvée de devenir officier et général de brigade en 1793; aux côtés de Napoléon à Toulon puis en Italie, il s'illustre à Lodi et Rivoli. Son arrivée au milieu de la bataille permet à Bonaparte d'arracher la victoire, puis de marcher vers Mantoue où Masséna remporte la bataille de La Favorite le 16 janvier 1797. C'est là qu'il acquiert une renommée et devient "l'enfant chéri de la victoire". Après la mémorable victoire de Zurich sur les Russes en 1799, il se distingue au siège de Gênes par la résistance héroïque qu'il mène avec ses troupes, bien qu'affaiblies. Le 4 juin, il se voit contraint à la reddition devant l'Autriche mais sa réputation demeure intacte et Napoléon, s'étant souvenu de sa valeur, lui accorde la dignité de maréchal durant la première promotion de 1804. En 1805, alors que l'Empereur combat les austro-russes en Autriche, Masséna affronte l'Archiduc Charles et le bat à Caldiero le 30 octobre 1805. Les deux hommes se feront à nouvean face en 1809.



Après Austerlitz, lorsque Napoléon chasse le roi Ferdinand IV du royaume des Deux-Siciles, Masséna est chargé de marcher sur Naples avec 40 000 hommes et d'y conduire le Roi Joseph, frère aîné de Napoléon.

En Autriche en 1809, il participe à la bataille d'Essling où il se bat en première ligne, et le courage dont il fait preuve lui vaut le titre de prince. Il renouvelle ses faits d'armes à Wagram, où il joue un rôle décisif malgré la douleur occasionnée par ses blessures. Il tombe pourtant en disgrâce à la suite de ses médiocres campagnes du Portugal et d'Espagne.
Au retour des Bourbons, Masséna, natif de Nice appartenant alors au Piémont-Sardaigne, se voit forcé de demander sa naturalisation au roi, qui lui accorde le 29 décembre 1814. Pendant les Cent-Jours, il des l'un des derniers à se rallier à l'Empereur après avoir rejoint Louis XVIII sous la Restauration. Il restera toutefois fidèle à ses anciens compagnons jusqu'au bout, en refusant de siéger au procès du maréchal Ney après Waterloo. Il meurt, isolé, à Paris en avril 1817.

Masséna a écrit ses Mémoires, parues en 1849, plus de trente ans après sa mort. Il utilise un style d'écriture bien particulier : il se présente comme un héros, et lorsqu'il parle de lui-même, imitant César dans ses Commentaires sur la guerre des Gaules, il utilise la troisième personne...
Retourner au début


Les 26 Maréchaux :
Augereau, Pierre

Bernadotte, Jean-Baptiste

Berthier, Alexandre

Bessières, Jean-Baptiste

Brune, Guillaume

Davout, Louis-Nicolas

Gouvion-Saint-Cyr, Laurent

Grouchy, Emmanuel

Jourdan, Jean-Baptiste

Kellermann, François-Cristophe

Lannes, Jean

Lefebvre, François-Joseph

Macdonald, Etienne

Marmont, Auguste-Louis-Viesse de

Masséna, André

Moncey, Bon-Adrien-Jannot de

Mortier, Adolphe

Murat, Joachim

Ney, Michel

Oudinot, Nicolas-Charles

Pérignon, Catherine-Dominique

Poniatowski, Joseph-Antoine

Sérurier, Jean-Mathieu-Filibert

Soult, Jean-de-Dieu

Suchet, Louis-Gabriel

Victor, Claude-Victor Perrin dit



NAPOPEDIA version 2.2.0 © - Grande Encyclopédie de Napoléon et du Premier Empire - 2016-2018
Les images portant la mention "Napopédia" et les textes sont la propriété du site NAPOPEDIA ©. Toute reproduction partielle ou complète est interdite sauf autorisation préalable des auteurs.