Bon-Adrien-Jannot de Moncey
- Maréchal d'Empire -



Dates : 31 juillet 1754 - 20 avril 1842
Maréchal en : 1804, Grande promotion des maréchaux
Titres : Duc de Conegliano
Arme : Infanterie
Signature :


Qu'en pense Napoléon ?
“Moncey est un honnête homme.” -Mémorial de Sainte-Hélène.
Moncey ne se distingue pas particulièrement dans les campagnes militaires de la Révolution et de l'Empire, mais par sa nomination au poste d'inspecteur général de la Gendarmerie sous le Consulat, en quelque sorte le ministre de la police secrète. Il est à ce jour le seul maréchal de l'histoire de la Gendarmerie.

De son vrai nom Bon-Adrien Jannot, né dans le village de Moncey en 1754, le futur maréchal d'Empire s'engage à quinze ans dans l'infanterie royale et devient lieutenant en 1789. Il affronte la première coalition sur le front ibérique en tant que brigadier général jusqu'en 1794; blessé au col de Roncevaux, il prend Vitoria l'année suivante. Synonyme de défaite à partir de 1813, le nom était au moins, sous la Révolution, évocateur de victoire grâce au maréchal Moncey...
Celui-ci se distingue bien vite des autes généraux de la République : en décembre 1801, il devient Inspecteur Général de la Gendarmerie, titre qui lui confère un grande influence dans le milieu du contre-espionnage. Bien vite, en mettant en place ses propres réseaux d'informateurs, il devient le rival de Joseph Fouché, ministre de la Police du Premier Consul.
Malgré sa suspicion de royalisme, il est fait maréchal en 1804 pour son commandement en chef devant l'ennemi. Il retourne en Espagne en 1808 où, comme beaucoup de ses collègues combattant dans le péninsule, il alterne entre gloire et défaite : il bat les insurgés à Las Capreras mais ne parvient pas à prendre Valence ni Saragosse. Il sera néanmoins fait Duc de Conegliano par l'Empereur.
Plutôt à l'écart des activités militaires pendant les guerres de l'Empire à partir de 1809, il reprend du service pendant l'invasion de la France en 1814 par les coalisés. Assigné, avec Mortier et Joseph Bonaparte, à la défense de Paris, il tient tête à Blücher lorsque celui-ci essaie de pénétrer dans la capitale par la barrière de Clichy. Il ne peut cependant pas empêcher la capitulation de la ville et accueille le comte d'Artois (futur Charles X) avec les maréchaux Ney, Sérurier, Kellermann puis se rallie à la monarchie.


Il est inactif autant au retour de Napoléon en mars qu'à celui-ci de Louis XVIII en juin.
Moncey fait partie des maréchaux qui refusent de siéger au procès de Ney en 1815 et se voit enfermé au fort de Ham. Rapidement libéré, il participe à l'expédition d'Espagne de 1823, qui marque la première réapparition de l'armée française hors de ses frontières. Rentré en France, il succède au maréchal Jourdan en tant que gouverneur des Invalides en 1833; à ce titre, il accueille avec émotion les cendres de l'Empereur à leur retour de Sainte-Hélène en 1840. Il meurt peu de temps après, en 1842, cédant le gouvernement des Invalides au maréchal Oudinot.
Retourner au début


Les 26 Maréchaux :
Augereau, Pierre

Bernadotte, Jean-Baptiste

Berthier, Alexandre

Bessières, Jean-Baptiste

Brune, Guillaume

Davout, Louis-Nicolas

Gouvion-Saint-Cyr, Laurent

Grouchy, Emmanuel

Jourdan, Jean-Baptiste

Kellermann, François-Cristophe

Lannes, Jean

Lefebvre, François-Joseph

Macdonald, Etienne

Marmont, Auguste-Louis-Viesse de

Masséna, André

Moncey, Bon-Adrien-Jannot de

Mortier, Adolphe

Murat, Joachim

Ney, Michel

Oudinot, Nicolas-Charles

Pérignon, Catherine-Dominique

Poniatowski, Joseph-Antoine

Sérurier, Jean-Mathieu-Filibert

Soult, Jean-de-Dieu

Suchet, Louis-Gabriel

Victor, Claude-Victor Perrin dit



NAPOPEDIA version 2.2.0 © - Grande Encyclopédie de Napoléon et du Premier Empire - 2016-2018
Les images portant la mention "Napopédia" et les textes sont la propriété du site NAPOPEDIA ©. Toute reproduction partielle ou complète est interdite sauf autorisation préalable des auteurs.