Jean-de-Dieu Soult
- Maréchal d'Empire -



Dates : 29 mars 1769 - 26 novembre 1851
Maréchal en : 1804, Grande promotion des maréchaux
Titres : Duc de Dalmatie
Arme : Infanterie
Signature : (maréchal Duc de Dalmatie)



Qu'en pense Napoléon ?
“Vous êtes le premier manoeuvrier d'Europe.” -Après Austerlitz, 2 décembre 1805
“Soult ne m’a pas servi à Waterloo autant qu’il eût été nécessaire. Son état-major, malgré tous mes ordres, n’était pas bien organisé. Berthier eût mieux fait.”
Fin manoeuvrier, Soult ambitionne un temps les titres de Roi d'Andalousie puis du Portugal, mais ses échecs dans la péninsule ibérique ruinent bien vite ses plans. Acteur majeur de la victoire d'Austerlitz et de la défaite de Waterloo, il accède après l'Empire aux postes de confiance des rois de la Restauration.

A la différence de certains de ses confrères maréchaux, comme Jourdan ou Kellermann, Soult n'est d'abord que le spectateur des grandes batailles de la Révolution. Officier dès 1792, il est commandant à la bataille de Fleurus le 26 juin 1794 et très vite général de brigade. Jusqu'au 18 Brumaire, il a le privilège d'être sous les ordres de futurs maréchaux comme Lefebvre, Gouvion-Saint-Cyr et enfin Masséna, qui le complimente sans retenue. Fait prisonnier par l'Autriche pendant la seconde campagne d'Italie, il est libéré après Marengo et affecté dans les troupes de Murat.
Il fait partie des dix-huit premiers maréchaux d'Empire à son retour en France et joue en rôle décisif à Austerlitz, en envoyant ses divisions occuper le plateau de Pratzen, et contribue aux victoires d'Iéna et Eylau, avant de s'emparer de Koenigsberg. L'année suivante le voit sous un jour moins honorable : nommé commandant en chef de l'armée d'Espagne après le départ de l'Empereur pour l'Autriche, il projette de devenir roi de Lusitanie (Portugal) puis d'Andalousie sous le nom de Nicolas Ier. Mais il est chassé de la péninsule après les défaites successives de l'armée française et rejoint l'Empereur en Allemagne en 1813. Il remplace alors le maréchal Bessières, à la mort de ce dernier, à la tête de la Garde Impériale, mais est bientôt réaffecté en Espagne. En 1814, tandis que l'Empereur brise l'offensive Alliée au Nord, Soult défend mètre par mètre le Sud de la France après avoir dû évacuer l'Espagne. Défait à Toulouse par Wellington, il n'accepte la reddition que sur ordre du Roi, qui le fait ministre de la guerre.

Il est détrôné par Davout au retour de l'île d'Elbe : il tente un instant de résister mais finit par se rallier à l'Empire. Napoléon le nomme major-général à la place de Berthier le 9 mai 1815; hélas, il n'a pas les talents requis pour la tâche et devient vite un des responsables de la défaite de Waterloo le 18 juin.
Lors du retour des Bourbons, il est contraint à l'exil en Allemagne avant d'être réhabilité par Louis-Philippe, dont il deviendra président du Conseil. Dernier honneur d'une vie chargée, il sera fait maréchal général de France, titre exceptionnel, avant de s'éteindre en 1851, à la veille du Second Empire.
Retourner au début


Les 26 Maréchaux :
Augereau, Pierre

Bernadotte, Jean-Baptiste

Berthier, Alexandre

Bessières, Jean-Baptiste

Brune, Guillaume

Davout, Louis-Nicolas

Gouvion-Saint-Cyr, Laurent

Grouchy, Emmanuel

Jourdan, Jean-Baptiste

Kellermann, François-Cristophe

Lannes, Jean

Lefebvre, François-Joseph

Macdonald, Etienne

Marmont, Auguste-Louis-Viesse de

Masséna, André

Moncey, Bon-Adrien-Jannot de

Mortier, Adolphe

Murat, Joachim

Ney, Michel

Oudinot, Nicolas-Charles

Pérignon, Catherine-Dominique

Poniatowski, Joseph-Antoine

Sérurier, Jean-Mathieu-Filibert

Soult, Jean-de-Dieu

Suchet, Louis-Gabriel

Victor, Claude-Victor Perrin dit



NAPOPEDIA version 2.2.0 © - Grande Encyclopédie de Napoléon et du Premier Empire - 2016-2018
Les images portant la mention "Napopédia" et les textes sont la propriété du site NAPOPEDIA ©. Toute reproduction partielle ou complète est interdite sauf autorisation préalable des auteurs.