Louis-Gabriel Suchet
- Maréchal d'Empire -



Dates : 2 mars 1770 - 3 janvier 1826
Maréchal en : 1811, en Espagne
Titres : Duc d'Albufera
Arme : Artillerie
Signature : (le maréchal Duc d'Albufera)



Qu'en pense Napoléon ?
“Suchet était quelqu'un chez qui le caractère et l'esprit s'étaient accrus à surprende.” -Mémorial de Sainte-Hélène.
“Le général français le plus habile ? Sans doute Suchet.” -d'après Napoléon dans l'exil, par B.E. O'Meara, 1817
Un des rares officiers généraux de l'Empire à s'être illustré en Espagne, où il gagne l'admiration des insurgés. Excellent entraîneur d'hommes, aussi bon en tant qu'organisateur qu'en tant qu'administrateur, fin tacticien, jamais battu au combat, Suchet peut pratiquement être considéré comme un maréchal exemplaire.

Pour introduire ces quelques lignes sur la vie du maréchal Suchet, laissons la parole à Napoléon lui-même : "Si j'avais eu deux maréchaux comme Suchet en Espagne, non seulement je l'aurais conquise mais je l'aurais gardée !";"Si j'avais eu Suchet à la place de Grouchy, je n'aurais pas perdu à Waterloo !" Ainsi, pour l'Empereur, Suchet compte parmi les meilleurs officiers de l'Empire, avec les généraux Gérard et Clauzel. Il faut dire que, comme Davout et Lannes, il n'a jamais perdu une seule bataille...
Il participe au siège de Toulon en 1793 en même temps que le futur général Bonaparte; avec ses hommes, il capture le général Anglais O'Hara, puis suit Napoléon en Italie en 1796. Affecté quelques temps plus tard à l'état-major de Brune puis de Masséna, il passe, à l'avènement de l'Empire, sous les ordres du maréchal Soult puis devient divisionnaire de Lannes. Il fait la première Campagne d'Autriche en 1805, puis celles de Prusse et Pologne.

En 1808, il part pour Espagne avec l'Empereur; désormais, son nom restera attaché à la guerre dans la péninsule. Après sa promotion au rang de maréchal d'Empire en 1811, il gouverne la Catalogne; la région est alors une des plus paisibles du pays. Mais la défaite de Joseph et Jourdan à Vitoria, le 21 juin 1813, face au Duc de Wellington, le force à quitter sa province. En 1814, il prête allégeance aux Bourbons puis se rallie - tardivement - à l'Empereur, lorsque celui-ci rentre de l'exil en mars 1815. Affecté en Savoie, il pénètre en Suisse et parvient à repousser les coalisés, mais la seconde abdication de l'Empereur l'empêche d'exploiter son avantage. Il se retire alors dans les environs de Marseille, où il meurt en 1826.
Retourner au début


Les 26 Maréchaux :
Augereau, Pierre

Bernadotte, Jean-Baptiste

Berthier, Alexandre

Bessières, Jean-Baptiste

Brune, Guillaume

Davout, Louis-Nicolas

Gouvion-Saint-Cyr, Laurent

Grouchy, Emmanuel

Jourdan, Jean-Baptiste

Kellermann, François-Cristophe

Lannes, Jean

Lefebvre, François-Joseph

Macdonald, Etienne

Marmont, Auguste-Louis-Viesse de

Masséna, André

Moncey, Bon-Adrien-Jannot de

Mortier, Adolphe

Murat, Joachim

Ney, Michel

Oudinot, Nicolas-Charles

Pérignon, Catherine-Dominique

Poniatowski, Joseph-Antoine

Sérurier, Jean-Mathieu-Filibert

Soult, Jean-de-Dieu

Suchet, Louis-Gabriel

Victor, Claude-Victor Perrin dit



NAPOPEDIA version 2.2.0 © - Grande Encyclopédie de Napoléon et du Premier Empire - 2016-2018
Les images portant la mention "Napopédia" et les textes sont la propriété du site NAPOPEDIA ©. Toute reproduction partielle ou complète est interdite sauf autorisation préalable des auteurs.