Grenadier à pied de la Garde Impériale



Le Grenadier à pied de la Garde Impériale : Elite de l'élite, il est à lui seul emblématique de l'épopée. Jamais loin de l'Empereur, le grenadier à pied est rattaché à l'infanterie de la Vieille Garde, maintenue en réserve lors de la majorité des affrontements de l'Empire, ce qui valut aux grenadiers le surnom "d'immortels" de la part de la Ligne. A l'origine, les grenadiers étaient spécialement entraînés au maniement et au lancement de grenades, usage tombé en désuétude sous l'Empire.
Pour entrer dans les grenadiers d'élite, il fallait mesurer au minimum cinq pieds six pouces (1,76 mètre), avoir au moins cinq ans de service et participé à deux campagnes.

L'uniforme :




Ci-dessus est représenté un grenadier à pied de la Garde Impériale en grande tenue. L'uniforme est composé d'un habit de couleur "bleu impérial", avec revers en drap blanc et sept boutons de chaque côté. Des parements en drap rouges avec pattes blanches ornent l'extrémité des manches. Quant aux épaulettes rouges, elles montrent qu'il s'agit d'une troupe d'élite.
Le bonnet à poil est confectionné en poils d'ourson du Canada - d'où le surnom "ourson" -; à la fin de l'Empire, on leur préfèrera des poils de chèvre, moins coûteux. Maintenu sur la tête par une plaque en laiton, le bonnet est surmonté d'une croix en fil blanc qui sera remplacée après la Campagne de Pologne par une grenade en fil blanc. Le plumet n'était pas porté lors des combats, malgré une idée largement répandue notamment par l'imagerie d'Epinal. Sur la route, le bonnet était porté dans un étui placé au-dessus du havresac.
Le grenadier est équipé de guêtres afin de protéger les jambes et surtout les chevilles. En hiver, les guêtres blanches sont remplacées par des guêtres en tissu noir (plus épais) ornées de boutons de cuivre.
On appelle "havresac" le sac à dos qui équipait l'infanterie de la Grande Armée. Confectionné en peau animale (d'où les motifs "peau de vache" que l'on rencontre parfois), il contenait le manteau-capote ainsi que les effets personnels du soldat.
Il est ici armé d'un fusil Charleville modèle 1777 modifié an IX du modèle de la Garde Impériale. Deux millions d'exemplaires furent fabriqués jusqu'en 1822. D'un poids de 4,6 kg, le Charleville mesure 1,50 mètre de long (1,98 m avec la baïonnette) et a une portée pratique d'environ 200 mètres. Un bon combattant pouvait espérer tirer trois coups par minute en moyenne. Le sabre-briquet mesure, lui, 60 centimètres de long.
Tous les dessins d'uniformes de cette page ont été réalisés par l'équipe Napopédia et ne peuvent être reproduits sans l'autorisation des auteurs.
Retourner au début


Revenir aux uniformes


NAPOPEDIA version 2.3.0 © - Grande Encyclopédie de Napoléon et du Premier Empire - 2016-2019
Les images portant la mention "Napopédia" et les textes sont la propriété du site NAPOPEDIA ©. Toute reproduction partielle ou complète est interdite sauf autorisation préalable des auteurs.